• +33 (0)6 59 44 50 28
  • contact@jecreetonlogo.com

Les logos vendus les plus chers au monde

Les logos vendus les plus chers au monde

À travers ce petit classement des images de marques les plus chères de l’Histoire de l’infographie, nous souhaitons vous donner une vision éclaircie sur l’importance de ne pas forcément investir des millions et des millions pour avoir le plus beau logo possible. Dans la création commune à tout domaine artistique, la beauté et la perfection ne sont qu’une question de point de vue. Il y aura toujours un public pour et un public contre. L’entre deux fera potentiellement pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Mais une chose est certaine, les prix qui seront affichés peuvent faire rêver bien des graphistes, ou les accabler, car le résultat final est parfois peu professionnel ou trop simpliste.

10 . BBC Three : 320.000€

La British Brand Casting a dépensé cette somme conséquente pour un résultat plutôt satisfaisant, mettant en avant sa troisième chaîne télévisuelle.
Le logotype reste minimaliste et ce n’est parfois pas plus mal, surtout lorsque l’on est un média international, suivi dans plus de 150 pays au monde, et que l’on souhaite s’adresser à tout le monde et être compris de tous. De plus, inutile de vouloir vendre quoi que ce soit, la BBC est une entité à part entière, que nous connaissons tous en France pour un certain appel de juin 1940, le 18 pour être tout à fait précis, nombre symbolisant entre autres la réceptivité et l’intuition.

9. Pôle Emploi : 500.000€

L’agence sait se montrait généreuse. En plus d’essayer de redonner une chance dans la vie active aux nombreux chômeurs de notre pays, l’établissement public paie grassement les infographistes pour la réalisation de visuels. À travers ce logo, nous retrouvons les trois couleurs du drapeau français, majoritairement le bleu, couleur invitant au bien-être et à une certaine mise en confiance. La couleur est légèrement dégradée entre la partie supérieure et inférieure, délimité par une vague, sans rappeler le sigle de l’ANPE que nous retrouverons plus loin dans le classement. Vous seriez surpris.

8. JO Londres 2012 : 510.000€

Lors d’un événement majeur comme celui-ci, il est important de ne pas se rater pour offrir la plus belle image au monde de sa capitale et de son pays. Et en ce qui concerne le logo, l’investissement financier est bien là, mais la réalisation moyennement convaincante. Tout d’abord le rose aussi prononcé n’aura sans doute pas été un choix judicieux, mais le mérite revient au graphiste d’avoir essayé. Une variation existe également en bleu. Le contour jaune donnant la sensation de profondeur de champs est également raté, les proportions n’ayant pas été totalement respectées, à moins que l’objectif se trouvait ailleurs. Quand à la forme globale, plusieurs spéculations sur internet sont à découvrir. Nous ne les commenterons pas ici.

7. City of Melbourne : 550.000€

L’Australie est un pays quelque peu excentré du reste du monde mais il n’empêche que les moyens sont entrepris pour faire la promotion de ses villes à l’international. Deuxième agglomération urbaine du pays de l’Océanie, Melbourne dispose désormais d’un logo au design particulièrement réussi. Il y a aussi des graphistes qui méritent leur salaire dans ce classement, nous vous rassurons. Le « M » dans une teinte dégradée et aux caractéristiques évolutives permettent de donner une vision globale et économique de la ville. La partie du gauche du « M » laisse imaginer les reflets des vitres des buildings implantées à Melbourne et orienté vers le bleu de l’océan, Melbourne étant également une métropole portuaire.

6. Pepsi : 810.000€

Nous ne parlerons pas ici du spot publicitaire télévisuel de la marque avec Kendall Jenner et de son esprit de révolution, tout en buvant la boisson sucrée. Focalisons-nous sur le logo qui en près de 30 ans a changé de visage une bonne dizaine de fois. C’est parfois bien difficile de vouloir détrôner son concurrent le plus direct, surtout lorsque celui-ci a une sérieuse longueur d’avance. Alors on ne compte pas et lorsque le temps est venu de changer de visage, il est important que le bouleversement ne soit pas trop important. L’enseigne a tout de même délaissé l’image de la capsule, conservant ses trois couleurs primaires, références au drapeau américain, et donnant la forme d’un « smiley » tout sourire, sans doute de boire du pepsi, ou d’être révoltée.

logo,pepsi,bbc,couleurs

Voici les prix exorbitants des logos de marques les plus cotées de la planète.

5. ANPE : 2.400.000€

Chose promise, chose due. Même si le groupe n’existe plus, remplacé par Pôle Emploi donc, les dirigeants auront tout tenté pour préserver une trace indélébile de leur action. Pour le moins que l’on puisse dire, c’est que le visuel n’est pas franchement à la hauteur de l’investissement réalisé.
Mais cette manne financière n’est pas à mettre uniquement au crédit du graphiste, puisqu’une compensation a été réclamée pour contrefaçon du visuel de Reggiani, entreprise italienne spécialisée dans l’éclairage.
En effet, la sphère coupée en deux avec le même détail transversal est un copié collé. Certes les couleurs sont différentes, et le kaki, nous l’avons précisé dans un article dédié à l’utilisation des couleurs, doit être utilisé avec parcimonie.
Une contrefaçon donc, dont les couleurs nous éloignent de l’envie de reprendre une activité professionnelle, du moins pas avec l’aide de cette agence, et qui a été supprimée seulement quelques mois après ce renouvellement visuel.

4. Australian and New-Zealand Banking Groupe : 12.400.000€

Au-delà de dépenser des sommes conséquentes pour donner une image positive de ses villes, l’Australie est également un pays étonnant pour l’élaboration de visuels concernant ses institutions financières. L’ANZ donc est doté d’un logo prestigieux rappelant cette méthode dite de « l’espace inactif » dans l’infographie. En effet, les trois symboles bleus associés au monogramme laissent entrevoir une silhouette levant les bras, en signe sans doute de satisfaction d’un plan épargne réussi.

3. Posten : 44.000.000€

Société publique norvégienne dédiée à la distribution du courrier, le logo illustre le cheminement des lettres parvenant au centre de tri (en gris) pour être envoyé aux destinataires (en rouge). A moins que cela ne soit l’inverse. Non le plus frappant dans ce logo, c’est la similitude avec l’Étoile Noire présente dans la série Star Wars.

Mais au-delà de cette symbolique, il s’agit d’un logo minimaliste, mémorisable et auquel tous les norvégiens peuvent s’identifier, puisque ce sont les couleurs du drapeau national qui sont utilisées.

2. Accenture : 80.000.000€

Société spécialisée dans l’optimisation de la communication digitale des entreprises, et en stratégie marketing, le logo ne permet pas d’être totalement rassuré quant à leur créativité. La typographie est simpliste, parfaitement lisible. Le noir permet de rappeler qu’il s’agit d’un service particulièrement optimisé, professionnel, et une entité parfaitement ancrée dans ce secteur d‘activité. Le simple « > » situé au-dessus du « T » est sans doute en trop, mais chacun aura un avis différent.
Le symbole permet de comprendre l’accentuation et l’optimisation, la croissance pour les entreprises faisant appel à leur service, mais l’idée des doubles sens ou de l’espace inactif aurait pu être davantage travaillé dans ce cas-ci.

1. British Petroluem Company : 170.000.000€

Ce changement de logo pour la compagnie pétrolière BP survient peu de temps avant la catastrophe de la marée noire de 2010. Cette nouvelle image de marque se voulait pourtant plus rassurante, s’inscrivant ainsi vers l’optimisation d’une énergie plus « verte », avec la dégradation du pictogramme. Les pétales extérieurs justement verts font corps à une rosace dont le cœur est jaune, rappelant l’étamine d’une fleur ou l’énergie du soleil.

Cette somme folle dépensée par la compagnie est toutefois à relativiser, car elle comprend également le changement de toutes les agences et campagnes publicitaires, ainsi que la distribution des produits dérivés pour ce nouveau logo. Il n’est pas indiqué ici l’unique compensation reversée au graphiste ou à l’agence en charge du projet.

Laurent Bayot

Scroll To Top